Traumatisme sexuel lié au service militaire

La violence sexuelle est un problème grave dans les armées du monde entier, y compris ici au Canada. De tels incidents peuvent avoir des répercussions durables et profondes sur les membres et les vétérans des Forces armées canadiennes ainsi que sur leurs familles, l’institution militaire et la société.

Cette page offre des renseignements sur les incidents de violence et de discrimination sexuelles (inconduite sexuelle liée au service militaire) et les préjudices qui y sont associés (traumatisme sexuel lié au service militaire).

Des ressources supplémentaires s’ajouteront à cette page au cours des mois à suivre.

Feuillet de renseignements — L’inconduite sexuelle et les traumatismes sexuels liés au service militaire (PDF, 232 Ko)

Qu’est-ce qu’un traumatisme sexuel lié au service militaire?

Il n’existe actuellement aucune définition « officielle » au Canada de la notion de traumatisme sexuel lié au service militaire, mais certaines descriptions sont généralement reconnues et s’inspirent largement de la définition retenue aux États-Unis. Selon le US Department of Veterans Affairs, les traumatismes sexuels liés au service militaire désignent « les agressions sexuelles ou les expériences récurrentes et menaçantes de harcèlement sexuel » [traduction] vécues en service militaire, y compris les activités de nature sexuelle auxquelles une personne participe contre son gré.

Le traumatisme sexuel lié au service militaire n’est pas un état de santé diagnostiquable, mais décrit plutôt les répercussions psychologiques, physiques et sociales, ou encore les « blessures » que peuvent ressentir les victimes ou témoins d’inconduite sexuelle liée au service militaire.

Qu’est-ce que l’inconduite sexuelle liée au service militaire?

Au Canada, l’inconduite sexuelle liée au service militaire se définit comme « un comportement à caractère sexuel qui peut causer ou cause du tort à autrui », et qui survient dans la sphère militaire.

L’inconduite sexuelle liée au service militaire comprend :

  • des actes ou des mots qui dévalorisent les autres en fonction de leur sexe, de leur sexualité, de leur orientation sexuelle ou de leur identité ou expression de genre;
  • des blagues à caractère sexuel, des commentaires sexuels, des avances à caractère sexuel ou de l’abus verbal à caractère sexuel en milieu de travail;
  • du harcèlement à caractère sexuel, incluant des rites d’initiation à caractère sexuel;
  • visualiser, distribuer ou afficher du matériel sexuellement explicite en milieu de travail ou y accéder;
  • toute infraction au Code criminel à caractère sexuel.

L’inconduite sexuelle liée au service militaire peut survenir dans votre milieu de travail ou encore dans un contexte professionnel élargi où s’exercent des fonctions connexes au travail et d’autres activités reposant sur des liens professionnels. Elle peut se produire pendant que vous êtes de service ou non, que ce soit sur la base ou à l’extérieur ou encore dans le cadre d’un déploiement ou non.

Quelle est l’incidence de l’inconduite sexuelle liée au service militaire?

Des milliers de militaires des Forces armées canadiennes sont victimes ou témoins d’inconduite sexuelle liée au service militaire à un moment ou un autre de leur carrière. Si vous faites partie des personnes touchées par une telle situation, sachez que vous n’êtes pas seul.

En 2016 et en 2018, les Forces armées canadiennes ont mandaté Statistique Canada pour réaliser le Sondage sur l’inconduite sexuelle dans les Forces armées canadiennes [3,4], duquel sont tirées certaines des données ci-dessous. Ce sondage s’articulait autour de trois catégories :

Agression sexuelle
Comprend une attaque de nature sexuelle, un attouchement non désiré de nature sexuelle, ou une activité sexuelle à laquelle vous étiez incapable de consentir.

Inconduite sexuelle
Comprend avoir à écouter des blagues ou des commentaires à caractère sexuel, subir des avances à caractère sexuel non voulues, recevoir ou être invité à regarder du contenu offensant et sexuellement explicite, des images sexuellement suggestives ou explicites prises de vous sans votre consentement, l’exposition délibérée des parties intimes de quelqu’un ou des pressions exercées sur vous pour que vous adoptiez des comportements sexuels ou romantiques non désirés.

Comportement discriminatoire
Comprend le fait d’être soumis à des commentaires et à des actes qui sont discriminatoires ou dévalorisants pour votre personne et qui sont fondés sur votre identité de genre, de votre identité sexuelle, de votre orientation ou expression sexuelle.

Statistiques

Force régulière

Depuis leur arrivée au sein des Forces armées canadiennes, environ : 25 % des femmes; 4 % des hommes au sein de la Force régulière ont subi au moins une agression sexuelle.
Sur une période de 12 mois, environ : 13 % des hommes; 28 % des femmes; 35 % des personnes de diverses identités de genre au sein de la Force régulière des Forces armées canadiennes ont subi des comportements sexualisés ou discriminatoires ciblés.
Sur une période de 12 mois, environ : 70 % des hommes; 75 % des femmes; 76 % des personnes de diverses identités de genre au sein de la Force régulière des Forces armées canadiennes ont été victimes ou témoins de comportements sexualisés ou discriminatoires ciblés.

Première réserve

Sur une période de 12 mois, environ : 7 % des femmes; 1,2 % des hommes parmi les membres de la Première réserve des Forces armées canadiennes ont subi une agression sexuelle.
Au cours d’une période de 12 mois, environ : 34 % des femmes; 13 % des hommes parmi les membres de la Première réserve des Forces armées canadiennes ont été victime de comportements sexualisés ou discriminatoires ciblés.
Au cours d’une période de 12 mois, environ : 78 % des femmes; 70 % des hommes parmi les membres de la Première réserve des Forces armées canadiennes ont été témoins ou victimes de comportements sexualisés ou discriminatoires.

Étudiants des collèges militaires canadiens

Il existe aussi des données présentées dans l’Enquête sur la sécurité individuelle au sein de la population étudiante postsecondaire (2019), qui comprenait des étudiants des collèges militaires canadiens. La définition d’agression sexuelle qu’on trouve dans cette enquête est quelque peu différente de celle qu’on trouve plus haut, en ce sens qu’elle comprend les incidents dans lesquels la personne à pris part à une activité sexuelle à laquelle elle n’avait pas consenti, après avoir à consenti à un autre type d’activité sexuelle.

Au cours d’une période de 12 mois, environ : 15 % des femmes; 3,6 % des hommes de la population scolaire de collèges militaires canadiens ont subi une agression sexuelle.
Au cours d’une période de 12 mois, environ : 56 % des femmes; 33 % des hommes de la population scolaire de collèges militaires canadiens ont été victimes de comportements sexualisés ou discriminatoires ciblés.
Au cours d’une période de 12 mois, environ : 83 % des femmes; 66 % des hommes de la population scolaire des collèges militaires canadiens ont été témoins ou victimes de comportements sexualisés ou discriminatoires auxquels ils n’avaient pas consenti.

Divers facteurs font en sorte qu’il est difficile de comprendre l’étendue et l’envergure véritables du problème

Cependant, nous savons que l’inconduite sexuelle liée au service militaire est sous-déclarée et qu’elle touche de façon disproportionnée certains groupes plus que d’autres.

Facteurs qui augmentent le risque d’être ciblé

N’importe qui peut être victime d’inconduite sexuelle liée au service militaire. Toutefois, vous pourriez être plus à risque si vous vous identifiez à certains groupes. Il existe un lien entre les comportements ciblés et les déséquilibres dans les rapports de force qui peuvent être systémiques (en raison de pratiques et de politiques sociales qui se traduisent par des désavantages, des obstacles et de mauvais traitements), situationnels, ou les deux. L’inconduite sexuelle lié au service militaire ne touche pas nécessairement toutes les personnes au sein de ces groupes. En outre, ces facteurs ne laissent en aucun cas entendre que vous, en tant que personne touchée par l’inconduite sexuelle militaire, êtes responsable de votre ou vos expériences. La responsabilité de tels gestes est toujours imputable aux agresseurs.

Les groupes suivants sont plus susceptibles d’être ciblés :

  • Les femmes
  • Les personnes célibataires
  • Les jeunes de moins de 39 ans
  • Les sous-officiers subalternes et les officiers subalternes
  • Les personnes handicapées
  • Les personnes 2SLGBTQ+
  • Les autochtones
  • Les personnes de couleur

Facteurs qui ont des répercussions sur la divulgation et la déclaration

iceberg-f

Facteurs qui ont des répercussions sur la divulgation et la déclaration – Version textuelle

Les connaissances dont nous disposons à propos de l’inconduite sexuelle et des traumatismes sexuels liés au service militaire proviennent essentiellement des cas déclarés. Or, de nombreuses personnes choisissent de ne pas signaler les cas d’inconduite sexuelle liés au service militaire. Par conséquent, les « chiffres officiels » pourraient ne représenter que la pointe de l’iceberg.

  • Plus de la moitié (57 %) des cas d’inconduite sexuelle ne sont pas signalés.
  • En moyenne, près de la moitié (47,4 %) des incidents mettant en cause des comportements sexualisés ou discriminatoires ne sont pas déclarés.
  • 74 % des femmes et 91 % des hommes ne cherchent pas à obtenir des services de soutien professionnels à la suite de leur ou leurs agressions sexuelles.

Un important pourcentage d’agressions sexuelles ne sont pas divulguées ou déclarées, et ce, en raison de plusieurs obstacles de nature générale ou propres à des populations, notamment :

  • La peur des répercussions négatives sur la carrière
  • La peur de ne pas être cru
  • La peur d’être retiré de son unité ou d’être libéré des Forces armées
  • La peur du manque de confidentialité
  • La peur que faire une déclaration officielle au sujet d’une inconduite sexuelle en contexte militaire n’ait aucune incidence.

Il existe également des stigmates sociétaux associés aux personnes des identités suivantes qui subissent une agression sexuelle, qui peuvent être aggravés lorsque les identités se croisent :

  • Les hommes
  • Les personnes 2SLGBTQ+
  • Les personnes handicapées
  • Les autochtones
  • Les personnes de couleur

Comment se manifestent les traumatismes sexuels liés au service militaire?

Les victimes d’inconduite sexuelle liée au service militaire n’ont pas toutes les mêmes réactions. Il n’existe de bonne ou de mauvaise façon de se sentir ou de réagir. Votre réaction pourrait être influencée par vos antécédents, par la situation actuelle et par vos traits identitaires. Certaines personnes réagissent peu et d’autres beaucoup. Parfois les réactions surviennent immédiatement; dans d’autres cas, elles peuvent se présenter quelques mois ou années après l’incident. Vous pourriez également éprouver des symptômes s’apparentant à certains problèmes psychologiques ou psychiatriques diagnostiquables, comme le trouble de stress post-traumatique, les troubles anxieux et la dépression caractérisée, ou encore certains troubles physiques diagnostiqués.

Si vous ressentez des répercussions sur votre bien-être mental, affectif, physique et social, vous n’êtes pas seul. Voici une liste des émotions, des réactions ou des comportements qui peuvent survenir chez les personnes souffrant de traumatismes sexuels liés au service militaire :

 
  • anxiété et panique
  • cauchemars
  • manque de confiance en soi
  • tristesse
  • honte ou culpabilité
  • colère
  • sentiment de trahison
  • méfiance
  • impuissance
  • désespoir
  • indifférence affective
  • déni
  • difficultés de concentration
  • distractibilité
  • trouble de la mémoire
  • perte de motivation
  • peur
 
  • troubles anxieux (ex. crise de panique)
  • stress aigu ou trouble de stress post-traumatique (TSPT)
  • troubles de l’humeur (ex. dépression caractérisée)
  • automutilation
  • comportements ou pensées suicidaires (idéation)
  • consommation accrue d’alcool ou de drogues pour alléger les symptômes traumatiques (insomnie, évitement, variation de l’humeur, sentiment d’hypervigilance ou d’insécurité)
 
  • maux de tête
  • fatigue
  • douleur chronique
  • troubles digestifs ou gastro-intestinaux
  • troubles du sommeil
  • problèmes de santé reproductive
  • variation de la libido ou de la qualité des relations sexuelles
  • douleurs lors de rapports sexuels
 
  • Agitation, colère ou changement de l’humeur affectant les relations avec la famille, les amis, les collègues ou d’autres personnes
  • Difficulté à faire confiance et à se sentir en sécurité auprès des autres
  • Difficultés ou changements dans les activités sociales
  • Isolement ou solitude
  • Perte de confiance envers les autorités
  • Évitement ou dépendance accrue envers certaines personnes
 
  • des endroits en particulier ou certaines personnes et situations qui vous rappellent des épisodes traumatisants
  • vos amis, votre famille ou d’autres personnes de votre entourage
  • d’aller travailler
  • de prendre congé du travail
 
  • vous vous sentiez forcé de choisir entre votre carrière militaire ou continuer de côtoyer le ou les agresseurs
  • vous vous sentiez déchiré entre la loyauté envers vous-même, votre unité et les Forces armées
  • vous craigniez qu’il y ait des répercussions négatives sur votre carrière et votre cheminement professionnel, y compris la possibilité d’être muté ou libéré des Forces armées (ou que ces répercussions ont eu lieu);
  • vous craigniez les représailles de vos pairs ou de vos supérieurs (ou vous avez eu de telles représailles)
  • vous craigniez d’être perçu négativement, y compris de paraître « faible » ou de passer pour un « fauteur de troubles » (ou qu’on vous a fait ressentir ainsi
  • vous craigniez d’éprouver des difficultés financières, notamment des pertes de revenus (ou vous avez éprouvé de telles difficultés)
  • vous craigniez que votre démarche de dénonciation ne mène à rien (ou que c’est cela qui s’est passé)

Comment soutenir un être cher

Lorsqu’une personne aimée vous confie avoir été victime d’un traumatisme sexuel lié au service militaire, il peut être difficile de savoir quoi dire ou comment réagir. Voici quelques conseils sur comment offrir un soutien utile.

Réactions utilesRéactions dommageables
Écouter

Écoutez la personne touchée par un traumatisme sexuel lié au service militaire sans porter de jugement, en lui permettant d’établir le rythme et le sens de la conversation. Ne l’interrompez pas. Écoutez-la sans minimiser ou amplifier les faits qu’elle vous a confiés.

Juger
Ne demandez pas de détails inutiles et n’attendez pas de la personne touchée par un traumatisme sexuel lié au service militaire qu’elle partage des détails qu’elle n’est pas à l’aise de partager.
Croire

Croyez son récit et validez son expérience et ses réactions.

Douter
Ne donnez pas l’impression d’avoir des doutes au sujet de ce que la personne vous dit.
Éliminer la culpabilité

Insistez sur le fait que la victime n’a rien fait de mal, que ce sont l’auteur (ou les auteurs) qui sont les seuls responsables de la situation. Aussi, félicitez-la pour le courage dont elle fait preuve en parlant de la situation.

Blâmer
Ne blâmez pas la personne explicitement ou implicitement pour la situation. Ne lui faites pas croire qu’elle aurait pu se comporter différemment ou qu’elle est responsable de la situation dans laquelle elle s’est trouvée.

Prendre soin de soi-même

Soutenir une personne victime d’un traumatisme sexuel lié au service militaire n’est pas toujours une tâche facile. Assurez votre propre bien-être, tout en prenant soin de la victime en adoptant les démarches suivantes :

  • Parlez à quelqu’un de la situation (Centre d’intervention sur inconduite sexuelle);
  • Conservez votre routine et votre style de vie;
  • Accordez-vous du temps de détente et planifiez des pauses;
  • Reconnaissez les indices du traumatisme indirect.

Indemnisation et prestations

  • Si vous avez été victime d’agression, de harcèlement ou de discrimination de nature sexuelle pendant que vous étiez en service militaire, vous pourriez être admissible à une indemnité en vertu du Règlement du recours collectif FAC-MDN pour inconduite sexuelle.
  • Si vous éprouvez des problèmes découlant d’un traumatisme sexuel lié au service militaire (ex. : troubles de stress post-traumatique, dépression, anxiété, etc.), vous pouvez faire une demande de prestations d’invalidité auprès d’Anciens Combattants Canada (ACC). Vous pourriez maintenant être admissible à ces prestations, même si on vous les a déjà refusé. Renseignez-vous sur le processus d’appel ou de révision d’une décision antérieure.

Remerciements

Cette information est adaptée d’un feuillet de renseignements offert par la Communauté de pratique canadienne sur les traumatismes sexuels liés au service militaire (PDF, 80 Ko), qui réunit des scientifiques, des représentants de ministères et d’organismes intermédiaires, ainsi que les membres d’un groupe de soutien formé de pairs et d’intervenants en lien avec les traumatismes sexuels liés au service militaire. Les principaux contributeurs suivants ont participé à la concrétisation de cette ressource : le Centre d’excellence sur le trouble de stress post traumatique (TSPT), l’Université McMaster, Anciens Combattants Canada, et l’initiative « It’s Not Just 700 » (INJ700) [anciennement « It’s Just 700 », IJ700]. Nous tenons à souligner la contribution de Tara Leach (du Royal Ottawa) pour la production de cette publication.

Le Centre d’excellence sur le trouble de stress post-traumatique n’offre pas de traitements ni de services de counseling en santé mentale. Si vous-même ou quelqu’un de votre entourage vivez une situation de crise, faites le 911 ou faites appel à l’une des ressources ci-dessus.

Bibliographie

Alberta Health Services. (2021). Military sexual trauma. https://myhealth.alberta.ca/Health/pages/conditions.aspx?hwid=ug4317spec&lang=en-ca#ug4317spec-Bib.

Avalon Sexual Assault Centre. (2021). How to support a survivor. https://avaloncentre.ca/how-to-support-a-survivor/.

Bryant-Davis, T., Chung, H., et Tillman, S. (2009). From the margins to the center: Ethnic minority women and the mental health effects of sexual assault. Trauma, Violence, & Abuse, 10(4), 330-357.

Burczyka, M. (2019) Les inconduites sexuelles dans les Forces armées canadiennes, 2018. Statistique Canada.

Cichowski, S. B., Rogers, R. G., Clark, E. A., Murata, E., Murata, A., et Murata, G. (2017). Military sexual trauma in female veterans is associated with chronic pain conditions. Military Medicine, 182(9), e1895–e1899.

Cotter, A. (2016). Les inconduites sexuelles dans les Forces armées canadiennes, 2016. Statistique Canada.

Cotter, A. (2019). Les inconduites sexuelles dans la Force régulière des Forces armées canadiennes, 2018. Statistique Canada.

Deschamps, M. (2015). Examen externe sur l’inconduite sexuelle et le harcèlement sexuel dans les Forces armées canadiennes. External Review Authority.https://www.canada.ca/fr/ministere-defense-nationale/organisation/rapports-publications/inconduite-sexuelle/examen-externe-sexuelle-hd-2015.html.

Disabled American Veterans (DAV). (2021). Military sexual trauma – MST. https://www.dav.org/veterans/resources/military-sexual-trauma-mst/.

Hajizadeh, M., Aiken, A. et Cox, C. (2019). Riskfactors associated with sexual misconduct in the Canadian Armed Forces: Does it vary by sex and environmental command? Archives of Sexual Behavior, 48(8), 2581-2594.

Make The Connection. (s.d.). Effects of military sexual trauma. https://www.maketheconnection.net/conditions/military-sexual-trauma.

Maxwell, A. (2020). Les expériences de comportements sexualisé non désirés, de comportements discriminatoires et d’agressions sexuelles vécues au sein de la population étudiante des collèges militaires canadiens, 2019

Juristat. Catalogue de Statistique Canada (85-002).

Ministère de la Défense nationale. (2019a). Utilisation de la terminologie. Gouvernement du Canada.https://www.canada.ca/fr/ministere-defense-nationale/services/avantages-militaires/conflits-inconduite/operation-honour/ordonnances-politiques-directives/manuel-operation-honour/utilisation-de-la-terminologie.html.

Ministère de la Défense nationale. (2019b). Réactions dommageables et réactions utiles à une divulgation. Gouvernement du Canada. https://www.canada.ca/fr/ministere-defense-nationale/services/avantages-militaires/conflits-inconduite/operation-honour/soutenir-personne-victime/reactions-dommageables-utiles.html.

Ministère de la Défense nationale. (2019c). Prendre soin de soi quand on fournit du soutien à une victime. Gouvernement du Canada. https://www.canada.ca/fr/ministere-defense-nationale/services/avantages-militaires/conflits-inconduite/operation-honour/soutenir-personne-victime/soin-de-soi-soutien-victime.html.

Murray, S., et Powell, A. (2008). Sexual assault and adults with a disability: Enabling recognition, disclosure and a just response. Australian Centre for the Study of Sexual Assault.https://aifs.gov.au/sites/default/files/publication-documents/acssa_issues9.pdf

Orchowski, L. M., et Gidycz, C. (Dir.). (2018). Sexual assault risk reduction and resistance: Theory, research, and practice. Academic Press.

Tillman, S., Bryant-Davis, T., Smith, K., et Marks, A. (2010). Shattering silence: Exploring barriers to disclosure for African American sexual assault survivors. Trauma, Violence, & Abuse, 11(2), 59-70.

US Department of Veterans Affairs. (2020a). Military sexual trauma. https://www.mentalhealth.va.gov/docs/mst_general_factsheet.pdf.

US Department of Veterans Affairs. (2020b). You’re not alone in recovering from military sexual trauma.https://www.mentalhealth.va.gov/docs/mst/MST_General_Brochure_2016_English_508.pdf.

Watkins, K., Bennett, R., Zamorski, M. A., et Richer, I. (2017). Military-related sexual assault in Canada: a cross-sectional survey. CMAJ Open, 5(2), E496–E507.