Les répercussions sur les enfants et les adolescents

Le TSPT peut avoir des répercussions sur l’ensemble des membres de la famille ou du cercle d’amis, y compris les enfants et les adolescents. Bien que chaque enfant ou adolescent soit unique et ait sa propre façon de réagir à ce que traverse un membre de sa famille, voici quelques réactions courantes :

  • Être inquiet et ressentir de l’anxiété;
  • Se sentir déconnecté ou détaché émotionnellement de cette personne ou des autres membres de la famille et des amis;
  • Se sentir responsable de la colère exprimée par le membre de sa famille;
  • Devenir hypervigilant afin de ne pas déclencher de symptômes ou de minimiser les symptômes du membre de sa famille;
  • Parentifier : assumer un rôle dévolu aux parents ou aux aidants;
  • Montrer des signes de régression;
  • S’isoler : passer du temps seul, éviter d’inviter des amis à défaut de savoir quelle sera l’humeur du membre de sa famille;
  • Se surpasser (afin de faire plaisir à ses proches);
  • Connaître des problèmes dans les sphères sociale, comportementale et scolaire;
  • Présenter des symptômes psychosomatiques – par exemple, de la fatigue, des maux d’estomac ou des maux de tête qui peuvent être liés au stress ou à l’anxiété.

Comment parler de santé mentale aux enfants ou aux adolescents?

Parlez-leur du diagnostic du membre de leur famille d’une manière adaptée à leur âge. Utilisez des ressources pour vous aider à leur expliquer la situation.

Why is daddy like he is? (Pourquoi papa agit-il ainsi?) est un livret qui aide à expliquer le TSPT aux enfants (en angl. seul.).

Can I catch it like a cold? (Est-ce que je peux l’attraper, comme un rhume?) est un livre ayant pour but d’aider les parents et les aidants à expliquer la dépression aux enfants (en angl. seul.) :

Ne leur donnez pas trop de détails sur le ou les événements traumatisants. Il est plus important de parler de leurs répercussions.

Quelques messages importants à communiquer aux enfants et aux adolescents :

  • Ce n’est pas ta faute.
  • Ce n’est pas à toi de régler le problème.
  • Ton travail à toi, c’est d’être un enfant ou un adolescent.
  • Nous t’aimons.
  • Nous faisons de notre mieux pour régler les problèmes.

Si possible, expliquez-leur certains des symptômes du TSPT. Utilisez des exemples qu’ils ont peut-être déjà observés : « À cause de sa blessure, maman ne se sent vraiment pas bien dans les endroits où il y a beaucoup de personnes, et cela peut la rendre impatiente et pressée de s’en aller. »

Conseils et stratégies

  • Choisissez des mots ou des signes particuliers pour aider les enfants et les adolescents à parler de la santé mentale. Par exemple, le fait d’avoir une mauvaise journée peut être exprimé par « Aujourd’hui, je suis rouge » ou « J’ai une journée dragon ».
  • Normalisez leurs émotions. Il est normal d’être en colère, déçu, effrayé ou fier, ou encore de se sentir heureux, même si le membre de leur famille ne se sent pas bien.
  • Trouvez de nouvelles façons pour les enfants et les adolescents de maintenir un lien avec le membre de leur famille souffrant du TSPT. Si assister à un événement sportif peut être trop difficile pour le moment, faire du maïs soufflé et regarder un match ou jouer à un jeu de société peut s’avérer tout aussi amusant.
  • En plus de planifier des activités avec le membre de la famille de l’enfant ou de l’adolescent, il est également important de prévoir des activités distinctes qu’il pourra anticiper avec enthousiasme, sans craindre que celles-ci soient annulées ou interrompues en raison d’un malaise chez ce membre de sa famille.
  • Soyez patient, compréhensif et bienveillant. Il est important de demeurer présent pour les enfants et les adolescents qui font partie de votre vie, de prêter une oreille attentive à ce qu’ils pensent et à ce qui les préoccupe, et de les rassurer au besoin, afin de les aider à composer avec leurs émotions et ce qu’ils traversent.
  • Soyez juste, mais ferme. Même dans les meilleures conditions, être parent et/ou soutenir des enfants et des adolescents peut être fort difficile. Il est important de reconnaître que les enfants et les adolescents dans votre vie gèrent la situation et leur stress du mieux qu’ils peuvent, et il est normal qu’ils s’emportent à l’occasion. Montrez-leur qu’ils sont aimés et soutenus, tout en veillant à maintenir des limites claires et cohérentes quant aux comportements acceptables et inacceptables. Accompagnez-les de manière significative du mieux que vous pouvez.
  • Essayez d’établir et de maintenir à la maison une routine qui soit cohérente et prévisible. Cela contribuera à créer un sentiment de stabilité pour tous les membres du foyer, y compris vous-même!
  • Évitez de blâmer ou de dénigrer le membre de la famille qui est atteint du TSPT.
  • Créez une « boîte de rapprochement » pour les moments où le membre de la famille a besoin de se retirer ou doit s’absenter pour un traitement.

Il peut être difficile pour les enfants et les adolescents d’entrer en contact avec un membre de la famille qui est touché par le TSPT. Par exemple, le fait de recevoir un traitement peut obliger celui-ci à s’absenter, ce qui le rend moins accessible. D’une certaine façon, le membre de leur famille peut aussi sembler absent dans sa façon d’agir en raison de ses symptômes (c’est-à-dire qu’il est présent physiquement, sans toutefois l’être mentalement).

Une boîte de rapprochement

Une boîte de rapprochement peut être un bon moyen de maintenir ce lien, celle-ci donnant l’occasion de repenser à des moments privilégiés passés ensemble. Votre enfant ou votre adolescent pourra ouvrir sa boîte chaque fois que ce membre de la famille lui manque ou qu’il ressent le besoin de se rapprocher de lui.

La création d’une telle boîte devrait être une activité partagée entre votre enfant ou votre adolescent et le membre de la famille concerné.

Étape 1 : Trouver une boîte;

Étape 2 : Choisir ensemble des articles à mettre dans la boîte. Voici quelques suggestions : quelque chose qui porte l’odeur du membre de la famille; quelque chose que l’on peut serrer dans ses bras, câliner; des photos; quelque chose qu’ils ont fabriqué ensemble, un objet significatif ou que le membre de la famille affectionne particulièrement; un souvenir d’une sortie ou d’une activité ensemble; un livre d’histoires qu’ils ont aimé lire ensemble;

Étape 3 : Décorer ensemble la boîte.

Créer la boîte ensemble contribuera grandement à la rendre plus significative aux yeux de votre enfant ou de votre adolescent. Il est toutefois important d’être conscient de l’énergie nécessaire à la réalisation d’une telle activité et de réfléchir à un plan au cas où cela deviendrait trop épuisant.

Des avantages auxquels vous n’avez peut-être pas pensé

Le TSPT peut certes entraîner de nombreuses difficultés pour votre famille ou votre cercle d’amis, mais il offre aussi des possibilités que d’autres familles n’ont pas forcément.

Il procure notamment un contexte offrant l’occasion de parler de problèmes de santé mentale aux enfants et aux adolescents dans votre vie. Il permet à ces derniers d’apprendre à comprendre leurs propres émotions et à préserver leur bien-être mental. Il donne l’occasion de vivre des expériences concrètes qui soulèvent un large éventail d’émotions, en plus d’enseigner l’empathie, la bienveillance et la compassion.

Les enfants et les adolescents peuvent également présenter des symptômes du TSPT

Les enfants et les adolescents autour de vous peuvent subir un « stress traumatique secondaire » et commencer à présenter des symptômes du TSPT, comme le membre de leur famille qui en est affecté. Par ailleurs, toutes les personnes ayant subi un traumatisme ne développeront pas nécessairement un TSPT, et il en va de même pour les enfants et les adolescents. Il est important de souligner que tous les membres de la famille et du cercle d’amis sont sujets à une telle forme de stress traumatique.

Le stress traumatique secondaire peut se manifester de diverses façons chez les enfants et les adolescents. Les situations suivantes sont susceptibles de les amener à développer leur propre stress ainsi que leur propre réponse au stress :

  • Leur imagination peut les amener à créer leur propre histoire ou récit au sujet de ce qui a provoqué le TSPT chez le membre de leur famille;
  • Ils peuvent entendre le membre de leur famille parler ou donner des détails du ou des événements traumatisants qu’il a vécus;
  • Ils peuvent reproduire les comportements du membre de leur famille dans le but de se rapprocher de lui;
  • Ils peuvent redonner vie au traumatisme du membre de leur famille en le reproduisant en jeu.

Quand est-il temps de faire appel à de l’aide supplémentaire?

Il existe de nombreuses mesures de soutien pour aider les enfants et les adolescents à vivre avec une personne atteinte du TSPT. Faire appel à de l’aide professionnelle n’est pas un signe de faiblesse. Il n’est pas toujours évident de savoir quand un enfant ou un adolescent a besoin d’aide supplémentaire, mais il faut être attentif à certains changements de comportement :

  • Il ne participe plus à des activités sociales et scolaires;
  • Il a du mal à se concentrer ou à prêter attention;
  • Il réagit aux situations de façon disproportionnée en fonction des circonstances et par rapport à son comportement « habituel »;
  • Il exprime de la tristesse et du désarroi;
  • Il est préoccupé par la violence et d’autres sujets sombres (comme la mort);
  • Il vit d’importants changements dans ses activités sociales ou ses amitiés (p. ex., il ne fréquente plus ses amis habituels);
  • Son alimentation et ses habitudes de sommeil ont changé;
  • Il consomme de la drogue, de l’alcool ou d’autres substances psychoactives.

Il est important de demander de l’aide immédiate si un enfant ou un adolescent de votre entourage vous fait part de pensées suicidaires ou montre des signes d’automutilation.

Si l’enfant ou l’adolescent près de vous montre des signes de détresse émotionnelle, communiquez avec :

  • Jeunesse, J’écoute en composant le 1 800 668‑6868 ou en textant le mot PARLER au 686868;
  • JEUNESFAC – service d’aide en cas de crise en textant JEUNESFAC à 686868;
  • Service d’aide d’Anciens Combattants Canada en composant le 1 800 268‑7708.

Pour en apprendre davantage sur la façon de favoriser le bien-être de l’enfant ou de l’adolescent dans votre vie, visitez le site Web de Jeunesse, J’écoute.

Ressources

Le syndrome de stress post-traumatique (SSPT) et la famille : Pour les parents ayant de jeunes enfants

Références