Les répercussions

Si un membre de votre famille ou un de vos amis est aux prises avec le TSPT, cela peut avoir des répercussions sur tous les membres de votre famille ou de votre cercle d’amis. Il est important d’être conscient de tels effets potentiels afin de mieux comprendre ce que vous vivez et de faire appel à de l’aide supplémentaire au besoin.

Votre expérience peut être différente de celle des autres membres de votre famille ou de votre cercle d’amis; or, il n’y a pas de « bonne » expérience. Cette section porte sur la famille de façon plus générale. Pour en apprendre davantage au sujet des répercussions particulières sur les enfants.

Niveau de stress élevé ou accru

Les symptômes que présente le membre de votre famille ou votre ami peuvent engendrer des comportements que vous ne comprenez ou ne reconnaissez pas, ainsi que des situations qui sont pour vous stressantes et difficiles à gérer. Vous ressentez peut-être le poids de nouvelles responsabilités sur vos épaules et avez l’impression que la relation avec le membre de votre famille ou votre ami est différente ou tendue. Le fait de côtoyer une personne souvent irritable et à bout de nerfs peut être stressant. De plus, une certaine peur peut s’installer lorsque le membre de votre famille ou votre ami devient agressif envers vous ou d’autres personnes. L’exposition au stress à long terme peut en outre avoir des conséquences sur votre santé et votre bien-être.

Tensions relationnelles, familiales ou amicales

Il peut être difficile pour le membre de votre famille ou votre ami de maintenir des liens et des relations avec les autres en raison des symptômes qui l’assaillent. Les tensions au sein de la famille ou du cercle d’amis sont susceptibles de s’accumuler au fil du temps, entraînant des frictions relationnelles. Peut-être avez-vous l’impression de marcher sur des œufs. Vous pourriez également vous sentir déconnecté du membre de votre famille ou de votre ami, avoir le sentiment de vous en éloigner. Cela peut également affecter votre cercle d’amis, en entraînant la perte de certains d’entre eux. Ces changements peuvent être particulièrement difficiles à comprendre pour les enfants et les amener à remettre en question l’amour de leurs parents envers eux ou à se rebeller. Demander du soutien peut vous aider à apprendre à gérer les tensions ressenties dans votre relation et au sein de votre famille ou de votre cercle d’amis.
(Programme d’aide aux membres des Forces canadiennes [PAMFC] : 1-800-268-7708)

Changements dans vos responsabilités et vos rôles habituels ainsi que dans votre participation à diverses activités

Il est possible que la vie telle que vous la connaissez soit perturbée. Vos responsabilités et vos rôles habituels peuvent être appelés à évoluer suivant les moyens adoptés pour soutenir le membre de votre famille ou votre ami. Par exemple, vous remarquerez peut-être que les enfants assument un rôle de parent ou d’aidant. Or, grandir trop vite peut avoir des effets négatifs sur votre enfant ou votre adolescent, et entraîner notamment des problèmes mentaux, émotifs et comportementaux pendant son développement et plus tard au cours de sa vie.

Vous et les autres membres de la famille ou de votre cercle d’amis êtes également susceptibles de vous retrouver à éviter certaines activités, surtout si elles déclenchent ou aggravent les symptômes du membre de votre famille ou de votre ami ou s’il en résulte chez lui de la détresse.

Pensées ou émotions négatives à l’égard de votre situation

Peut-être commencez-vous à remarquer des changements négatifs dans vos propres pensées et émotions, notamment l’apparition de la tristesse, de la colère et des sentiments de perte et de culpabilité. Vous faites peut-être le deuil de ce que vous aviez envisagé pour l’avenir. Il est normal d’être bouleversé par les changements qui accablent le membre de votre famille ou votre ami, ou qui s’imposent dans la relation et dans la famille ou le cercle d’amis. Mais il existe de l’aide pour vous soutenir à travers une telle expérience et vous aider à retrouver l’espoir d’une vie meilleure, par exemple grâce à une meilleure compréhension et gestion de vos sentiments, à un retour au travail ou à l’amélioration de vos relations personnelles.

Épuisement professionnel, usure de compassion et stress traumatique secondaire

L’épuisement, l’usure de compassion et le stress traumatique secondaire sont des concepts distincts mais liés. Bien qu’ils puissent tous découler de votre expérience de soutien envers le membre de votre famille ou votre ami souffrant du TSPT, ceux-ci diffèrent quant à la façon dont ils se manifestent et à l’incidence qu’ils ont sur vous.

Si vous n’arrivez pas à trouver le temps de répondre à vos propres besoins, vous vous sentirez de plus en plus épuisé (mentalement et physiquement) au fil du temps, en raison de l’exposition fréquente à des situations stressantes et difficiles sur le plan émotif. Il s’agit d’un épuisement professionnel, soit une affection qui peut être diagnostiquée. Des niveaux élevés de stress et d’épuisement peuvent également contribuer à d’autres problèmes de santé. Par exemple, vous pourriez commencer à fumer ou à consommer davantage d’alcool qu’à l’habitude, ou constater des changements négatifs dans votre alimentation ou votre activité physique. Soyez attentif à tout changement de votre état de santé et de votre bien-être, ainsi que de ceux des membres de votre famille et de vos amis.

L’exposition constante à des situations stressantes et difficiles sur le plan émotif provoquées par l’état de santé du membre de votre famille ou de votre ami peut également en venir à épuiser votre réserve d’empathie au fil du temps : on parle alors d’usure de compassion. Vous remarquerez peut-être qu’il vous est plus difficile de « vous mettre à sa place » et de faire preuve de compréhension, alors que c’était pour vous chose facile auparavant. Il importe de connaître votre « niveau » de compassion et de prioriser les soins personnels. Du soutien vous est également offert pour vous aider à traverser une telle expérience de soutien auprès d’une personne souffrant de problèmes de santé mentale post-traumatiques et réduire ainsi l’usure de compassion.

Enfin, il se peut que vous soyez profondément marqué par le traumatisme du membre de votre famille ou de votre ami, au point de commencer à présenter vous-mêmes des symptômes similaires à ceux du TSPT; on parle alors de stress vicariant ou de stress traumatique secondaire. Ces symptômes se manifestent souvent rapidement. Vous pourriez vous mettre à adopter des comportements similaires à ceux d’une personne souffrant du TSPT. À titre d’exemple, si le membre de votre famille ou votre ami a tendance à surveiller toute source de menace et qu’il est facilement alarmé, il est possible que vous ou les autres membres de votre cercle d’amis ou familial deveniez plus vigilants et attentifs aux bruits. Les enfants peuvent également présenter des signes de stress traumatique secondaire.

Il existe des ressources pour vous aider à travers votre expérience. Consultez notre page Ressources pour en apprendre davantage.

Compréhension et sensibilisation accrues

Vivre avec une personne souffrant du TSPT et la soutenir peut certes s’avérer difficile, mais une telle expérience peut aussi contribuer à bâtir une famille et des amitiés solides, résilientes, empathiques et capables d’adaptation. Vous et votre famille ou votre cercle d’amis tirerez avantage à vous sensibiliser et à vous informer davantage au sujet du TSPT et des meilleures façons de réagir et de faire face aux situations difficiles. Vous pouvez par exemple apprendre à mieux communiquer les uns avec les autres, à mieux définir vos priorités ou à gérer vos propres attentes. Cela peut d’ailleurs améliorer votre capacité d’adaptation face à de nombreux événements difficiles ou stressants de la vie.

Références
  • ANCIENS  COMBATTANTS CANADA, Le syndrome de stress post-traumatique (SSPT) et la famille – Pour les parents ayant de jeunes enfants, 2006. https://www.veterans.gc.ca/public/pages/publications/system-pdfs/pstd_families_f.pdf
  • ANCIENS COMBATTANTS CANADA, Soutien pour les familles et les aidants naturels (s.d.). https://www.veterans.gc.ca/fra/family-caregiver/health-programs-services/support-families-caregivers
  • BRIDE, B. E., et C. R. FIGLEY, « Secondary Trauma and Military Veteran Caregivers » dans Smith College Studies in Social Work, 2009, vol. 79, nos 3-4, p. 314-329.
  • CANADIAN INSTITUTE FOR PUBLIC SAFETY RESEARCH AND TREATMENT (CIPSRT), Glossary of Terms: A Shared Understanding of the Common Terms Used to Describe Psychological Trauma (version 2.1), 2019, Regina, Sask. http://hdl.handle.net/10294/9055
  • CRAMM, H., et autres, « Impact of Canadian Armed Forces Veterans’ Mental Health Problems on the Family During the Military to Civilian Transition » dans Military Behavioral Health, 2020, vol. 8, no 2, p. 148-158.
  • DIEHLE, J., S. K. BROOKS et N. GREENBERG, « Veterans Are Not the Only Ones Suffering from Posttraumatic Stress Symptoms: What Do We Know about Dependents’ Secondary Traumatic Stress? » dans Social Psychiatry and Psychiatric Epidemiology, 2017, vol. 52, no 1, p. 35-44.
  • ENGELHARDT, J. A., « The Developmental Implications of Parentification: Effects on Childhood Attachment » dans Graduate Student Journal of Psychology, 2012, vol. 14, p. 45-52.
  • FRANČIŠKOVIĆ, T., et autres, « Secondary Traumatization of Wives of War Veterans with Posttraumatic Stress Disorder » dans Croatian Medical Journal, 2007, vol. 48, no 2, p. 0-184.
  • MACFIE, J., L. E. BRUMARIU et K. LYONS-RUTH, « Parent-Child Role-Confusion: A Critical Review of an Emerging Concept » dans Developmental Review, 2015, vol. 36, p. 34-57.
  • MCGAW, V. E., A. E. REUPERT et D. MAYBERY, « Military Posttraumatic Stress Disorder: A Qualitative Systematic Review of the Experience of Families, Parents and Children » dans Journal of Child and Family Studies, 2019, vol. 28, no 11, p. 2942-2952.
  • NATIONAL CENTER FOR PTSD, Effects of PTSD on Family, U.S. Department of Veterans Affairs (s.d.). https://www.ptsd.va.gov/family/effect_families.asp
  • NATIONAL CENTER FOR PTSD, Relationships (s.d.). https://www.ptsd.va.gov/family/effect_relationships.asp
  • NATIONAL CENTER FOR PTSD, When a Child’s Parent Has PTSD (s.d.). https://www.ptsd.va.gov/family/effect_parent_ptsd.asp
  • SOLOMON, Z., et autres, « From Front Line to Home Front: A Study of Secondary Traumatization » dans Family Process, 1992, vol. 31, no 3, p. 289-302.
  • THANDI, G., et autres, « Systematic Review of Caregiver Burden in Spouses and Partners Providing Informal Care to Wounded, Injured or Sick (WIS) Military Personnel » dans BMJ Military Health, 2018, vol. 164, no 5, p. 365-369.
  • ZWANZIGER, T., et autres, « Resilience and Knowledge of PTSD Symptoms in Military Spouses » dans Traumatology, 2017, vol. 23, no 1, p. 43-48.