Donner voix aux vétérans

Les vétérans ont des renseignements importants, des idées ainsi que des sentiments à communiquer aux membres des familles touchées et à leurs amis, afin de les aider à mieux comprendre ce qu’ils vivent et de les soutenir dans leur cheminement vers le bien-être.

Conseil no 1 : Mon expérience traumatique a peut-être changé la perception que j’ai de moi-même et du monde qui m’entoure, et c’est correct.

Je ne suis ni un faible ni un raté, mais j’éprouve des difficultés. En tant qu’êtres humains, nous sommes appelés à revoir la compréhension que nous avons de nous-mêmes et de notre environnement en fonction des expériences que nous vivons. Les expériences traumatisantes que j’ai moi-même vécues n’y font pas exception. Les divers aspects de notre relation peuvent avoir changé et notre « normalité » ne sera peut-être plus jamais la même. Devoir s’adapter à une nouvelle « normalité » est une avenue empruntée par de nombreux vétérans et les membres de leur famille et leurs amis.

Conseil no 2 : Soyez patient et compréhensif.

Le traumatisme que j’ai subi et les symptômes qui en découlent sont à la fois accablants, terrifiants et épuisants, et j’ai parfois l’impression d’être coupé du monde qui m’entoure. Je devrai peut-être m’adapter à une nouvelle réalité qui implique des difficultés sur le plan de la santé mentale et physique. Ces changements ne sont pas faciles et s’y adapter peut demander beaucoup de temps. Certains changements en moi, bien que gérables, seront également permanents.

Conseil no 3 : Donne-moi de l’espace quand j’ai besoin d’être seul.

Je n’ai pas toujours envie de parler ou d’être en contact avec d’autres personnes, même avec celles que j’affectionne particulièrement. La perception que j’ai d’un environnement sécuritaire pour moi et les membres de ma famille et de mon cercle d’amis est désormais différente, et j’ai souvent les nerfs à vif. Cela peut me prendre un certain temps avant de retrouver un état d’esprit « confortable ». L’évitement, ou le repli sur soi, peut être un symptôme du TSPT et d’autres problèmes de santé mentale. Je vous en prie, respectez mon souhait d’être seul, et ayez la gentillesse de me rappeler que vous êtes toujours là lorsque je serai à nouveau prêt à discuter.

Conseil no 4 : Permettez-moi d’y aller à mon propre rythme.

Il peut m’être difficile de parler de mes expériences et de mes émotions avec vous, en particulier des expériences qui ont été traumatisantes pour moi. Il se peut que je ne parle pas de certaines périodes de mon service, alors je vous prie de faire preuve de patience à cet égard. Il est possible que je me sois retrouvé dans des circonstances regrettables ou qui sont embarrassantes pour moi. Il n’y a aucun avantage, ni pour vous ni pour moi, à ce que je vous fasse part de telles expériences. Peut-être est-ce parce que je crains de vous bouleverser, ou simplement parce que je ne souhaite pas vous en parler, et il n’y a pas lieu d’en faire de cas. Ça m’aide de vous savoir à mes côtés pour m’écouter, chaque fois que j’ai besoin de parler.

Conseil no 5 : Évitez de me dire ce que je dois faire ou de me donner des conseils non sollicités.

Même si je sais que vous avez à cœur de m’aider, il peut être désagréable de se faire constamment dire quoi faire. Je vous prie de m’écouter, sans me juger ni essayer d’arranger les choses. Vous ne savez pas tout de ce que j’ai traversé, il se peut donc que j’aie besoin de faire les choses d’une manière différente, que vous ne comprenez peut-être pas.

Conseil no 6 : Demandez-moi comment vous pouvez aider.

Au lieu de me dire ce que je dois faire, demandez-moi si vous pouvez faire quelque chose pour m’aider. Il vous est aussi possible de m’offrir une aide pratique, par exemple en faisant mes courses ou en m’accompagnant à un rendez-vous.

Conseil no 7 : Essayez de ne pas vous sentir visé par la manifestation des symptômes de mes problèmes de santé mentale.

Si je suis triste, bouleversé, en colère ou distant, cela n’a peut-être rien à voir avec vous ou notre relation. Il se peut que je présente des symptômes du TSPT ou d’autres troubles et difficultés de santé mentale. J’ai besoin de votre compréhension.

Conseil no 8 : Soyez à l’affût des dates qui ont pour moi une importante signification.

Si vous avez connaissance d’une date qui marque un événement difficile de mon service militaire, attendez-vous à ce que ressurgissent chez moi des émotions ou des pensées troublantes à l’occasion de cet anniversaire.

Conseil no 9 : Vous n’y êtes pour rien dans les difficultés que je pourrais rencontrer.

Conseil no 10 : Je vous aime et je tiens à vous.

Conseil no 11 : Je ne veux pas vous effrayer. Je ne veux pas vous rendre anxieux et mal à l’aise. Ne soyez pas condescendant, mais soyez honnête si vous êtes confus ou si je vous fais peur.

Références
  • BREWIN, C. R., R. GARNETT et B. ANDREWS, « Trauma, Identity and Mental Health in UK Military Veterans » dans Psychological Medicine, 2011, vol. 41, no 8, p. 1733.
  • CRAMM, H., et autres, « Impact of Canadian Armed Forces Veterans’ Mental Health Problems on the Family During the Military to Civilian Transition » dans Military Behavioral Health, 2020, vol. 8, no 2, p. 148‑158. https://doi.org/10.1080/21635781.2019.1644260
  • FREYTES, I. M., et autres, « Exploring the Post-Deployment Reintegration Experiences of Veterans with PTSD and their Significant Others  » dans Journal of Orthopsychiatry, 2017, vol. 87, no 2, p. 149‑156.
  • KEELING, M., « Stories of Transition: US Veterans’ Narratives of Transition to Civilian Life and the Important Role of Identity » dans Journal of Military, Veteran and Family Health, 2018, vol. 4, no 2, p. 28-36.
  • MACLEAN, M. B., et autres, « Postmilitary Adjustment to Civilian Life: Potential Risks and Protective Factors » dans Physical Therapy, 2014, vol. 94, no 8, p. 1186-1195.
  • MAREK, L. I., et L. E. MOORE, « Coming Home: The Experiences and Implication of Reintegration for Military Families » dans Journal of Military, Veteran and Family Health, 2015, vol. 1, no 2, p. 21-31.
  • MCGAW, V. E., A. E. REUPERT et D. MAYBERY, « Partners of Veterans with PTSD: Parenting and Family Experiences » dans Families in Society, 2020, vol. 101, no 4, p. 456-468.
  • MORGAN III, C. A., et autres, « Anniversary Reactions in Gulf War Veterans: A Follow-Up Inquiry 6 Years After the War » dans American Journal of Psychiatry, 1999, vol. 156, no 7, p. 1075-1079.
  • NATIONAL CENTER FOR PTSD, Helping a Family Member Who Has PTSD (s.d.). https://www.ptsd.va.gov/family/how_family_member.asp
  • NATIONAL CENTER FOR PTSD, PTSD: Help for Family and Friends  [infographie] (s.d.). https://www.ptsd.va.gov/publications/print/NCPTSD-Family-Infographic.pdf
  • NATIONAL CENTER FOR PTSD, Understanding PTSD: A Guide for Family and Friends , 2019. https://www.ptsd.va.gov/publications/print/understandingptsd_family_booklet.pdf
  • PSYCHARMOR INSTITUTE, 15 Things Veterans Want You to Know (s.d.). https://www.va.gov/HEALTHPARTNERSHIPS/docs/PsychArmor_15ThingsCourseNotes.pdf
  • RAY, S. L., et K. HEASLIP, « Canadian Military Transitioning to Civilian Life: A Discussion Paper » dans Journal of Psychiatric and Mental Health Nursing, 2011, vol. 18, no 3, p. 198-204.
  • SMITH, M., L. ROBINSON et J. SEGAL, PTSD in Military Veterans, HelpGuide (s.d.). https://www.helpguide.org/articles/ptsd-trauma/ptsd-in-military-veterans.htm
  • SUPPORT AND FAMILY EDUCATION PROGRAM, « What We’d Like Our Family Members and Friends to Know About Living with PTSD: Suggestions from Veterans Who Were Involved in Combat in the Vietnam War », 2000. https://www.ouhsc.edu/Safeprogram/HandOut-G.pdf
  • WORTHEN, M., R. MOOS et J. AHERN, « Iraq and Afghanistan Veterans’ Experiences Living with Their Parents After Separation from the Military » dans Contemporary Family Therapy, 2012, vol. 34, no 3, p. 362-375.