Nous ne sommes pas un fournisseur de services. S’il s’agit d’une urgence, composez le 911.

Une étude novatrice sur le ton et le contenu de la couverture médiatique sur la santé mentale des anciens combattants

OTTAWA (ONTARIO) – Le Centre d’excellence sur le trouble de stress post-traumatique (TSPT) et les états de santé mentale connexes a lancé, en collaboration avec le Centre de recherche Douglas, une nouvelle étude sur la façon dont le suicide et la santé mentale sont présentés dans les médias, en particulier lorsqu’il est question des anciens combattants.

« L’étude est menée en étroite collaboration avec des anciens combattants et des membres de leur famille, des journalistes, des écoles de journalisme, des associations nationales de médias et différents organes médiatiques, explique le Dr Patrick Smith, directeur général et fondateur du Centre d’excellence sur le TSPT. Nous espérons que ce projet retiendra l’attention qu’il mérite pour que l’on puisse réduire la stigmatisation entourant la santé mentale des anciens combattants et instaurer une nouvelle norme d’excellence pour le journalisme au pays. »

Ce projet unique de recherche-action a pour but d’évaluer le ton et le contenu de la couverture médiatique canadienne sur la santé mentale et le suicide chez les anciens combattants. Les constats serviront à créer des interventions pour sensibiliser les journalistes aux enjeux liés à la santé mentale et au suicide au sein de cette population. Le développement de ces interventions sera encadré par un groupe consultatif formé de journalistes, d’anciens combattants et de membres de familles d’anciens combattants.

Rob Whitley, Ph. D., professeur agrégé au Département de psychiatrie de l’Université McGill et chercheur au Centre de recherche Douglas, précise que le projet repose sur une approche véritablement collaborative. « Nous avons tous un rôle à jouer pour créer un climat d’inclusion et d’intégration pour nos anciens combattants. Cela inclut les journalistes et les médias : ils jouent un rôle essentiel dans la société civile et peuvent combattre les stéréotypes hollywoodiens en présentant les choses de façon nuancée et objective. »

Selon les données, les anciens combattants présentent des taux de suicide plus élevés que le reste de la population. En effet, chez les hommes, les anciens combattants présentent, de façon générale, un risque de suicide 1,4 fois plus élevé comparativement aux Canadiens en général; chez les anciennes combattantes, ce risque est 1,9 fois élevé comparativement au reste de la population féminine canadienne.

Par ailleurs, une étude réalisée en 2005 a conclu que les médias avaient tendance à dépeindre les enjeux de santé mentale de façon négative. Il s’agit d’une question complexe, mais il a été démontré qu’une couverture médiatique responsable de la question du suicide et des enjeux de santé mentale connexes peut contribuer à créer un climat favorisant le recours aux services d’aide, l’empathie publique et les interventions sociales.

L’étude a pour but d’examiner le ton et le contenu de la couverture médiatique portant sur les anciens combattants et, ultimement, d’aider les journalistes et les communicateurs à présenter la santé mentale des anciens combattants de façon positive et efficace. Le moment est opportun, puisque le jour du Souvenir approche et avec lui, le pic de la couverture médiatique sur les anciens combattants.

Pour favoriser encore davantage le journalisme responsable au sujet du jour du Souvenir, le Centre d’excellence sur le TSPT tiendra une table ronde virtuelle intitulée « Le pouvoir des médias et leur impact sur le récit des anciens combattants » le mercredi 4 novembre 2020 à 13 h (HE), dans le cadre de sa Série de conversations captivantes. Les participants pourront découvrir le vécu et le point de vue d’un ancien combattant, d’un proche d’un ancien combattant et d’un journaliste à l’approche du jour du Souvenir. Le Dr Patrick Smith, directeur général et fondateur du Centre d’excellence sur le TSPT et Rob Whitley, Ph. D., professeur agrégé de psychiatrie à l’Université McGill et chercheur au Centre de recherche Douglas, seront aussi au nombre des participants. L’événement sera animé par Graham Richardson, chef d’antenne pour CTV News at Six et pour l’émission de nouvelles d’après-midi au 580 CFRA.